Saint Jean Louis BONNARD

Jean Louis BONNARD est né le 1er Mars 1824, à St Christo en Jarez et fut baptisé le jour même à l'église de Saint-Christo-en-Jarez, dans la Loire. Très jeune, il souhaite devenir prêtre ce qui le conduit au séminaire de St Jodard, d’Aix, puis de Lyon. De là il conçoit le projet de partir en mission.

Sa vocation de missionnaire et sa passion pour l’aventure trouve un accomplissement au séminaire des missions étrangères : en 1848, il est ordonné prêtre. Un an plus tard, il part pour Hong-Kong et gagne ensuite le Vietnam. Après le nécessaire temps d’acclimatation et d’apprentissage de la langue, l’évêque du lieu lui confie, en avril 1851, l’administration de plusieurs paroisses en Annam. (à l'époque les habitants s'appelaient les "annamites").

Mais, avec l’empereur Tuduc, les persécutions reprennent contre les missionnaires venus de France. Il n’autorise pas son peuple à se convertir à la foi chrétienne. Dénoncé par un fonctionnaire local, Jean-Louis Bonnard est arrêté le 21 Mars 1852. Après plusieurs semaines de réclusion où il subit la torture, il est décapité le 1er Mai 1852. Il n’avait que 28 ans.

Une Chapelle lui est dédiée dans l’église de St Christo.
Vous avez la possibilité de se procurer un DVD auprès de Marie Bouchut. Vous pouvez la contacter au 04.77.20.85.23

Prière pour la fête des Mères

Seigneur, en ce jour de fête et de joie, nous voulons te rendre grâce,
te dire merci pour nos mères,
celles qui sont encore parmi nous et celles qui t’ont rejoint.
Oui, Seigneur, merci pour nos mères qui, les premières,
nous ont fait connaître ce que signifie aimer et être aimé.

Par leur amour, c’est ton amour qui se révèle à nous.
Par leur sourire, c’est ta joie qui nous rejoint.
Par leurs mots d’encouragement et de consolation,
c’est ta voix que nous entendons.
Seigneur, Tu as créé la maman avec un cœur semblable au tien.

Nous Te demandons de bénir la maman heureuse et bien entourée,
la maman oubliée, la maman violentée,
la maman rejetée, la maman adoptive,
la maman endeuillée, la maman malade, qui se prépare à aller te rejoindre.

Toi Seigneur qui peux tout par ton Esprit Saint,
prodigue-leur Ton Amour, Ta tendresse.
Mets dans leur cœur Ta Paix, Ta Joie,
et accorde aux mamans comblées de savoir consoler la maman oubliée.
Merci Seigneur pour les mères, les grands-mères et les futures mères.
Montre-leur Ta bonté en leur faisant vivre aujourd’hui la plus belle des journées.

Amen.

Prier à la fin de la messe dominicale du dimanche 7 juin 2020

 

Liens Utiles

Vers Pentecôte...

Voilà ! Après 2 mois de confinement, nous avons fait nos premiers pas dehors, peu à peu, toujours avec prudence.
Ces 2 mois nous ont protégés mais aussi isolés et privés de nos rencontres et célébrations.
Nous espérons que vous avez traversé ces semaines le mieux possible.

La paroisse a essayé de faire vivre des petits moments de communion, à l'occasion des fêtes de Pâques : les cloches ont sonné, nos fenêtres ont été illuminées, les enfants du KT ont confectionné des jardins de Pâques.

A l’aumônerie du Collège, une chaine de prière a été proposée.
Mais cela ne remplace pas la rencontre physique.
Encore un peu de patience ; les instructions évoluent toujours. Depuis ce WE du 23-24 mai, il est désormais possible de célébrer, sans limite de personnes (hormis la distance nécessaire entre chacun) et en mettant en place les mesures pour notre sécurité : lavage des mains au gel hydroalccolique, port du masque, distanciation...

Nous avons d'ailleurs débuté nos célébrations en petites assemblées de 10 personnes maximum.
C'est particulier, c'est certain. Mais nous pouvons prier, rendre grâce et communier ensemble.
Et c'est une véritable JOIE !

Le Conseil Pastoral réfléchit encore à comment organiser la reprise de nos différentes rencontres :
* les baptêmes : nous espérons que début juin, il y aura des possibilités de rassemblements plus larges, mais il sera sans doute mieux de les célébrer par famille.
* Concernant les fiancés de notre paroisse, 7 couples sur 13 ont décidé de reporter leur mariage (dont 6 à l'année prochaine). Les premiers mariages de 2020 seront célébrés le 29 août ; en souhaitant que tout aille mieux d'ici là.
* Les Premières Communions, devant initialement se fêter tout le mois de juin, sont reportées en septembre.
* les funérailles ne sont désormais plus limitées à 20 personnes. Pour autant, tous ne pourront pas encore accompagner nos défunts – avec la distance de 1 mètre minimum entre chacun et 1 rang sur 2 inaccessible, pas question de voir nos églises remplies pour le moment. Nous pensons et prions évidemment pour tous ceux qui nous ont quitté pendant cette période, et leur famille, que nous n'avons pas pu entourer comme nous le souhaitions.

Le confinement a des conséquences sur la situation économique de nos paroisses et les dons en ligne qui sont possibles.
Alors que s'approche la fête de Pentecôte, demandons à l'Esprit Saint son souffle de persévérance, de bienveillance toujours pour ceux qui nous entourent, d'imagination pour trouver de nouvelles manières de vivre notre mission.

Bien unis dans la prière.

Saint-Jean-Louis Bonnard

Jean Louis BONNARD est né le 1er Mars 1824, à St Christo en Jarez et fut baptisé le jour même à l'église de Saint-Christo-en-Jarez, dans la Loire. Très jeune,  il souhaite devenir prêtre ce qui le conduit au séminaire de St Jodard, d’Aix, puis de Lyon. De là il conçoit le projet de partir en mission.

Sa vocation de missionnaire et sa passion pour l’aventure trouve un accomplissement au séminaire des missions étrangères : en 1848, il est ordonné prêtre.  Un an plus tard, il part pour Hong-Kong et gagne ensuite le Vietnam. Après le nécessaire temps d’acclimatation et d’apprentissage de la langue, l’évêque du lieu lui confie, en avril 1851, l’administration de plusieurs paroisses en Annam. (à l'époque les habitants s'appelaient les "annamites").

Mais, avec l’empereur Tuduc, les persécutions reprennent contre les missionnaires venus de France. Il n’autorise pas son peuple à se convertir à  la foi chrétienne. Dénoncé par un fonctionnaire local, Jean-Louis Bonnard est arrêté le 21 Mars 1852. Après plusieurs semaines de réclusion où il subit la torture, il est décapité le 1er Mai 1852. Il n’avait que 28 ans.

Une Chapelle lui est dédiée dans l’église de St Christo.

Possibilité de se procurer un DVD auprès de Marie Bouchut  : Tél :  04.77.20.85.23

 

 

La paroisse