L'édito du mois de décembre

De l’Avent à Noël, pour entrer dans la prière d’adoration

Nous voilà arrivés au terme de l’année 2020. La fête de Noël pointe à l’horizon. Comment va-t-elle se passer ? Le souvenir de l’épidémie actuelle hante notre esprit. Difficile pour nous de nous en défaire. Chacun en a souffert et en souffre encore d’une façon ou d’une autre. Certains l’ont ressentie dans leur propre corps ; d’autres ont perdu un être cher à qui ils n’ont pu convenablement faire les derniers adieux. Les masques ne nous quittent pas ; et la distance avec les autres s’impose, avec bien d’autres gestes barrières. Avec tout cela, bien sûr, Noël ne sera pas comme d’habitude. Mais une chose est certaine. La joie de la venue du fils de Dieu dans nos vies et dans notre monde, fût-il malade, ne sera pas pour autant moins grande dans nos cœurs.

Le temps de l’Avent nous ouvre à cette espérance. Nous ferons chacun pour sa part et tous ensemble ce qui est en notre pouvoir pour le vivre à fond. Notre capacité à rester unis, attentifs les uns envers les autres est un atout sur lequel nous pouvons compter. Ce dernier nous a permis de garder allumée la lampe de notre foi et de vivre des moments heureux, malgré la crise actuelle. C’est ainsi que des baptêmes, premières communions, mariages…ont été célébrés avec joie et avec ferveur sur notre paroisse. Il en est de même de nos célébrations eucharistiques, chaque fois que cela était possible et de nos précieux moments d’adoration du Saint Sacrement, au cours desquels, dans un tête-à-tête avec le Seigneur Jésus, nous nous laissons habiter par sa présence, source de notre croissance spirituelle.

L’Avent nous appelle à la conversion du cœur, une attitude fondamentale sans laquelle il nous sera difficile, voire impossible de vivre réellement Noël.
Quatre étapes sont à franchir sur notre parcours. D’abord, « veiller », c’est-à-dire prendre conscience de la qualité de notre relation avec Dieu et avec les autres. Ensuite, savoir reconnaître les « messagers » que Dieu nous envoie. Ils sont comme des guides pour nous ramener sur le terrain de la vie intérieure ou de la rencontre avec lui au plus profond de nous-mêmes, tout en sachant qu’il nous revient à notre tour d’être ses messagers pour le bien de notre prochain. Et puis, « rendre témoignage à la lumière ». Cela revient à dire, laisser les œuvres de l’Esprit Saint rayonner dans nos vies grâce à une charité de plus en plus inventive, surtout envers les plus démunis, car nous sommes « tous frères ». Comme des anges, portons la bonne nouvelle aux autres, en mettant nos qualités à leur service. Enfin, à la suite de la Vierge Marie, apprendre à dire « oui » avec foi et espérance, conscient que « rien n’est impossible à Dieu ».

Ayant fructueusement parcouru ces étapes, la magie de Noël s’opérera effectivement dans nos cœurs. « L’Emmanuel, Dieu avec nous », nous comblera de sa joie. Ainsi, réconfortés par sa présence, nous pourrons, au soir du dernier jour de l’année, d’un cœur unanime, faire monter vers Dieu notre Père notre hymne de louange en signe de reconnaissance pour sa constante protection.

En remerciant chacun et chacune d’entre vous pour son engagement et son témoignage de foi qui font grandir notre paroisse, je souhaite à tous un fructueux temps de l’Avent, une joyeuse fête de Noël et une bonne et heureuse année 2021.

Père Floribert MULUMBA MUAMBI, curé de la paroisse


Le blog