L'édito du mois de mars

Tenir bon

Nous venons à peine de commencer le temps fort du carême, en douceur mais avec détermination, conscients du parcours qui nous reste à faire, des efforts à fournir, mais en même temps persuadés que nous ne sommes pas seuls, car Dieu nous accompagne sur ce chemin de retour à lui. Vivre le carême, c'est avant tout accueillir l'appel à la conversion que Dieu nous lance, et ainsi nous engager à vivre à fond les engagements de notre baptême. C'est tout un combat à mener.

En fait, le carême est le moment propice pour nous ouvrir au combat spirituel comme nous le rappelle cette antienne très souvent citée au début de la prière des laudes en ce temps fort de la vie de l'Eglise : "Les yeux fixés sur Jésus, nous dit-elle, entrons dans le combat de Dieu". L'enjeu de ce combat, c'est notre libération, notre salut éternel. Et la bonne nouvelle pour nous, c'est que Dieu s'engage à combattre le mal qui est en nous, qui ronge notre cœur et qui nous éloigne de son amour. Il veut restaurer en nous son image ternie par nos péchés et nous faire redécouvrir la joie qu'il y a à vivre en sa présence, en tant que ses enfants.

Sans aucun doute, ce combat est aussi le nôtre, car il s'agit pour nous de lutter, avec l'aide de Dieu, contre nos mauvaises habitudes afin de retrouver la meilleure version de nous-même en tant qu'êtres humains, personnes créées à l'image de Dieu. Nous savons que ce combat, à la fois dur et difficile à vivre, exige beaucoup de nous, surtout que l'ennemi se trouve en nous.

Quoi qu'il en soit, nous ne pouvons pas paniquer, car Dieu est notre allié ; avec lui, nous sommes convaincus que nos moindres efforts seront couronnés de succès.

Dans cette lutte contre tout ce qui nous tire vers le bas et nous empêche de construire un monde juste et fraternel, un monde où toute la nature se trouve respectée, nous pouvons également compter sur l'aide de tous les saints du ciel, particulièrement de saint Etienne, le patron de notre diocèse, lui qui accompagne nos pas en cette année jubilaire, de saint Jean-Louis Bonnard, le patron de notre paroisse et surtout de saint Joseph dont nous admirons la foi et les vertus en cette année spéciale qui vient de lui être consacrée par notre Saint Père, le Pape François. De saint Joseph, nous savons qu'il était "un homme juste". Cette justice dont il a fait preuve toute sa vie revêt une signification particulière pour nous aujourd'hui. Nous sommes appelés à la comprendre dans sa signification biblique, comme ouverture et accueil de la volonté de Dieu dans notre vie.

Autant le prix à gagner est grand, autant les épreuves à surmonter sont nombreuses. Acceptant de laisser le plan d'amour que Dieu a pour nous se réaliser dans nos vies, prenons un bel élan, tenons le cap et entrons en toute confiance dans cette aventure qui va nous renouveler, et surtout nous permettre de vivre notre idéal d'être dans la Loire, "une Eglise ardente, fraternelle et missionnaire".

Père Floribert MULUMBA MUAMBI, curé de la paroisse


Le blog