L'édito du mois de mai

Esprit de Pentecôte, viens nous embraser !

Joli mois de mai !... Mois de l'espérance de règles sanitaires plus souples, de liberté retrouvée, de délivrance, de malades qui guérissent. En écrivant ces mots, je pense à la peste à Lyon et aux prières faites à Marie pour épargner la ville. En ce mois de mai, mois de Marie, demandons-lui plus que jamais de protéger nos familles et nous aider à (finir de) traverser cette pandémie.

Le 2 mai, nous souhaitions fêter notre saint patron : saint Jean Louis Bonnard, avec des membres de sa famille. Malheureusement, c'est une nouvelle fois reporté. L’équipe pastorale réfléchit à le reprogrammer en septembre ou octobre.

Mai 2021, c'est aussi l'anniversaire du diocèse de Saint-Etienne, dont nous vous parlons depuis quelque temps déjà.

Créé à la Pentecôte 1971, le diocèse de Saint-Étienne s’apprête à fêter ses 50 ans dans un contexte difficile, une crise sanitaire, économique et sociale inédite. Ce petit virus est venu bousculer nos projets pour ce temps de « Jubilé », préparés de longue haleine : le lancement en février 2020 d’une démarche synodale (stoppée avant même d'avoir pu démarrer), la perspective d’un grand évènement diocésain à la Pentecôte 2021, initialement prévu au Parc Expo.

Alors, est-il bien temps de… « jubiler » ?
D’une certaine façon la coïncidence de cet anniversaire, avec une crise sociale, écologique et même spirituelle majeure nous invite à entrer plus avant dans un « temps long » pour puiser au cœur de ce qui fait notre humanité, dans la foi, l’espérance, la charité !

« Héritiers, nous sommes un maillon d’une grande chaine et nous avons à transmettre le don reçu aux générations suivantes, avec confiance, en acceptant qu’elles poursuivent le chemin à leur manière, avec leur grâce propre, en acceptant de mourir le moment venu. Le monde change, l’Église aussi, les besoins et les appels évoluent. Pour être fidèle au Christ et à l’Évangile, il nous faut accepter d’évoluer, avec tout ce que cela comporte de renoncements. Les miséricordes de Dieu et la générosité des hommes ne sont pas épuisées, l’Esprit n’a pas fini de nous surprendre. L’Action de grâce est donc aussi à venir. »
Mgr Sylvain Bataille, janvier 2021, extrait de l’éditorial de la Lettre de Saint-Étienne.

Plus que jamais, l’essentiel demeure : 2021 doit être, pour notre Église diocésaine, un temps pour raviver notre joie !

C'est ce que nous expliquait Mgr Ricard, dans sa visio conférence du 7 avril :
Nous avons des charismes, des dons différents à déployer, à mettre au service de nos frères. Et pas besoin de grandes études pour partager l'expérience de notre rencontre avec le Christ, comment il nous accompagne et soutient chaque jour.

Certes, mais comment être missionnaire dans un monde que le fait chrétien n'intéresse pas ? Faisons confiance en l'Esprit Saint. Il est présent dans chacun des hommes, même ceux qui sont indifférents à l'Evangile. Alors, osons échanger avec eux, cheminons à leur côté. Le souffle de l'Esprit circule toujours et partout.

Et la démarche synodale proposée permet justement de se convertir les uns les autres : « Par quels chemins Seigneur, veux-tu nous faire passer ? » Il est important d'en discuter ensemble, cherchons ensemble à servir au mieux le Seigneur.
« Nous sommes le corps du Christ, chacun de nous est un membre de ce corps. Chacun reçoit la grâce de l'Esprit pour le bien du corps entier. »

Soyons un membre actif, avec nos propres dons, du corps du Christ dans notre vie de tous les jours.
Témoignons, partageons aux autres la joie, la force, la confiance, l'amour que notre foi nous apporte.


Le blog